La sentimentale histoire de Morganne aux Pommes.

28 Nov 2016

 L'état des pommes et du plat, en ce lundi 28 novembre 2016.

 

Avant de commencer, il y a trois choses à savoir :

 

  1. Ma mère achète des pommes ; des vertes et des jaunes. Parfois des rouges, mais c'est plus rare. Elle a des périodes pommes. Et des périodes non-pommes. Elle en achète beaucoup. Parfois, elle les achète et ne les mange pas. Elle achète aussi des plats, et des coupes. Des plats en verre, des plats en fer. Elles les achète aux puces ou à Emmaüs. Elle aime les contenants anciens et un peu abîmés. 

  2. Ma mère range ses pommes - parfois ses poires et son raisin - dans les plats chinés. Quand elle déniche un nouveau plat, elle change les fruits de place, et les installe dans le nouveau. Les plats qui sont  inutilisés, tombent dans l'oubli. Ma mère, comme je te l'ai dit plus haut, parfois ne mange pas toutes ses pommes. Elle les laisse dans le plat.  Alors les pommes sèchent, se flétrissent, changent de couleur. Elles sont belles.

  3. Je suis trop émotive. Lorsque je rentre dans la cuisine et que je vois ces pommes en train de flétrir dans ce plat émaillé ; je craque. Je me sens submergée par un tsunami de mélancolie. Je pense à la vie, a la mort, à l'amour. A tout ce qui me file entre les doigts. Désespérement dramatique, une larme coule de mon œil.

Le moodboard qui m'a servi à réaliser Morganne aux pommmes.  
 

Il m'aura fallu énormément de temps pour appréhender ces pommes, tellement elles m'émouvaient. A tel point que la première série de pommes dénigrées par l'estomac de ma maman fut jetée. J'ai du prendre mon mal et mes larmes en patience, jusqu’à ce que d'autres pommes viennent les remplacer. Je me suis longtemps posée la question de savoir si je les traitais uniquement via une nature morte ou si, une fois de plus, je pouvais les insérer dans une composition incluant un portait. J'ai opté pour une photo très picturale, à la lumière douce, et avec un personnage légèrement effacé.
J'ai au préalable retravaillé au marker des tissus fleuris-kitsch chinés à Emmaus pour avoir de quoi créer un turban  et dégoté une belle chemise d'homme qui, je le savais d'avance, pourrait offrir à mon image un style très flamand. Un petit napperon pour ramener une touche de matière et de couleur et un "double fond" pour donner un peu de volume. Pour surligner le personnage, un maquillage plutôt discret, mais très technique et indispensable.

 

 Oui, j'ai pas peur. Je te montre un de mes test de nature morte qui n'a pas DU TOUT été concluant.

 

Non mais parce que l'histoire des pommes, c'est quand même fascinant !

 

Rassure toi, je ne vais pas te faire un cours sur le symbolisme de la pomme dans l'histoire de l'art - même si j'en meurs d'envie - mais juste  t'éclairer sur quelques points, par ci, par là, pour que tu puisses mieux comprendre mon image. Pour que tu ne me regardes pas avec des yeux vides comme ce garçon rencontré au détour d'un verre qui m'a assommée avec un beau "Oui OK, elle tient des pommes, et alors quoi ? !".

 

Alors je te laisse quelques pistes - simplifiées- qui m'ont accompagnée tout au long de ma réflexion :

 

  • La pomme comme symbole d'amour, de sexualité, parfois de péché et du coup d'interdit. ; mais aussi comme métaphore d'un savoir, d'une connaissance... // La pomme considérée comme un cadeau amoureux, au même titre que les roses //  Les pommes d'amour (= tomates)  les pommes dorées (=oranges) //  La pomme comme un fruit " mystique " et " interdit " et très ambigu ---> la pomme = la tentation ---> la tentation mène à la pert un fruit hyper pessimiste en somme

 

  • Il y a bien entendu aussi l'épisode de Paris, et la fameuse pomme d'or (qu'on appellera pomme de la discorde) qui déchirera les déesses et atterrira finalement entre les mains d'Aphrodite, ce qui amènera de lourdes conséquences pour la guerre de Troie etc etc, parce que la mère Héra, la plus jalouse des jalouses de toutes les déesses sera hyper frustrée... (Oui, je suis très mythologie en ce moment, c'est plutôt sympa.)
     

  • Je te passe l'histoire de la copine Blanche Neige, chez qui on retrouve aussi toutes ces notions autour de la pomme & les éternelles références bibliques blablabla Adam&Eve blablabla le fruit défendu blablabla...

 

  • Si ça t'intéresse tu peux lire La réquisition d'amour et le symbolisme de la pomme d'Henri Gaidoz, c'est pas mal.

 

Ok, d'accord. Très bien, me diras tu. " Mais pourquoi les pommes sont gâtées ? "

 

  • Et je vais te répondre, parce que les vanités.  Je pense que tu es assez grand pour savoir ce qu'est une vanité, si ce n'est pas le cas, je te pose une courte définition là : " Une vanité est une catégorie particulière de nature morte dont la composition allégorique suggère que l’existence terrestre est vide, vaine, la vie humaine précaire et de peu d’importance. "
     

  • La pomme qui périme et qui vieillit c'est la mouche, c'est le ver, c'est la pourriture qui arrive. C'est la décomposition, la fin de toute matière. La pomme qui se gâte c'est la fuite du temps, c'est la fragilité de la vie. La pomme qui sèche, c'est memento mori.

Petit bonus. " Il est joli ce petit noeud bleu, c'est pour la déco ? "

 

  • Que nenni monseigneur.  Le noeud est aussi très symbolique ; il est souvent signe de complication ; mais c'est aussi parfois un signe de rencontre, d'union, de lien entre deux parties. (D'où les complications.)
    Très souvent dans les mythes, les noeuds, il faut les défaire. Il faut se dénouer de ses problèmes, se déchaîner, se libérer de ses entraves ou de ses attachements. D'ailleurs les cordes et ficelles sont souvent reliées au serpent. Mais attention, il ne faut pas le dénouer n'importe comment. "Le nœud doit être dénoué avec intelligence et patience, sinon, il se reforme lui-même, plus serré et difficile à défaire."  C'est pas moi qui le dit.

 

  • Le noeud est un trompe l'oeil. Si joli, si brillant, il te ferait penser à un paquet cadeau ; mais en réalité il n'est qu'une difficulté supplémentaire.

Aussi, Morganne qui tient les pommes, c'est Morganne qui tient la vie. Morganne qui tient la sensualité, qui tient les secrets, qui tient sa féminité, qui, peut-être tient l'amour aussi. Ce n'est pas comme dans Blanche-Neige, les pommes ne sont pas croquées ; elle n'y a pas touché. Morganne est passive. Elle supporte les pommes, elles les tient avec douceur, mais elle ne peut rien faire pour les empêcher de se friper et, d'un jour, disparaître. Elle  peut juste regarder ; elle voit la vie, l'envie, l'amour s'abîmer et se recroqueviller avant de partir en fumée.

 


Maintenant que tu as toutes les cartes en main pour appréhender le pessimisme latent de la Morganne aux pommes, je te laisse avec cette petite surprise vidéo, si tu es curieux de savoir comment se déroule une séance photo.

Je te dis à dans six mois pour un prochain article.

Maquillage / pose du turban : Anaïs Faure

Modèle : Morganne Doucey
Vidéo : Damien Delorme

 

Please reload

5 Feb 2017

1 May 2015

Please reload