Les portes du Temps // Créer l'invisible

5 Sep 2015

 J'ai animé, pendant le mois de juillet dernier un atelier dans le cadre des Portes du Temps au château d'Espeyran. Les portes du temps est un évènement qui se déroule tous les ans, et qui acceueille des groupes d'enfants sur  une durée de trois jours pour s'impliquer des lieux patrimoniaux dans lesquels ils sont, participer à des ateliers pédagogiques, et aussi s'amuser.
C'est Flore, avec son association Curiositez! qui m'a invitée en tant qu'intervenante.

Le thème de cette année était le Regard et l'Invisible. Mon atelier s'appelait créer l'invisible ; il était basé autour de notions d'invisible, de camouflage... et tout le contraire.

 

En premier lieu, Flore et moi discutions avec les enfants de ce qui pouvait être invisible (est ce que quelque chose de bien caché peut être invisible ? et quelque chose qu'on ne peut pas voir à l'oeil nu ?), et de comment on peut représenter quelque chose d'invisible. Les fantômes arrivaient très vite dans la discussion.

Mais si un fantôme est invisible, comment on le dessine alors ? Premier défi de l'atelier.
 

 Après que chaque enfant aie dessiné et découpé son petit fantôme - tous différents à chaque fois - nous ne gardions pas les fantômes dessinés mais les papiers dans lesquels nous les avions découpés. Nous avions en fait des pochoirs en forme de fantômes. De fantômes transparents.


S'en suivait ensuite une visite du château en regardant à travers nos fantômes, comme à travers le viseur d'un appareil photo. Si le fantôme passe davant un rideau en velours, il devient lui aussi du velours ? S'il passe devant une vielle peinture, devient il lui aussi comme une vieille peinture ? Et un fantôme en bois, c'est possible ? Et la lumière, est ce qu'elle passe à travers les fantômes ? De nombreux essais et questions se posaient durant le visite. Mais la plus dure restera celle ci : est ce que le fantôme peut se voir dans le miroir ?

 Nous en avons déduit que le fantôme pouvait prendre la couleur, la matière et le motif de tout ce qu'il rencontrait. Et que "en somme le fantôme c'est un peu comme un caméléon".

 

Arrive ensuite la seconde partie de l'atelier : la conception du costume de fantômes ! Je proposais à chaque enfants qu'ils confectionnent chacun un "costume" de fantôme, mais pas des fantômes-caméléons qui passeraient inaperçus dans le château. Je leur proposais de faire les fantômes les plus colorés, les rigolos, les plus volumineux possibles.
A leur disposition : de larges pans de tissus colorés, à motifs, ou bien blancs ; de l'encre à tissu ; des craies grasses ; toutes sortes de papier crépons et d'accessoires à rajouter à leurs fantômes. Je crois que tous, sans exceptions on été absorbés par la création de leurs costumes.

Puis, la troisième et dernière partie. Il faut apprendre comment photographier des fantômes.

Nous allions, par petit groupe de cinq ou six enfants, dans un salle du château pour nous entrainer à photographier des fantômes. Selon leurs conseils nous avons essayé plusieurs choses : peut être qu'il faut les mettre dans le noir ? Peut être qu'elle faut mettre beaucoup de lumière ? Peut être il faut leur courir après très très vite ? 

 Nous en avons déduit - non sans une petite aide de ma part - qu'il fallait faire une photo qui dure un peu longtemps pour "au cas où le fantôme il passe" ; et que plus vite les fantômes bougaient, plus invisibles il étaient. Et que si on bougeait très vite nos jambes aussi, elles disparaissaient  et qu'on ressemblait à des vrais fantômes qui volent.      

 

Voici un petit aperçu des poses longues réalisées :

Et puis comme c'est des enfants et qu'ils sont trop mignons, je leur ai proposé un dernier petit truc. Une initiation au polaroïd, afin qu'ils puissent conserver un chouette souvenir de cet atelier et de leur passage au château. C'est important les souvenirs ! :) 


Le polaroïd étant censé être un appareil photo spécial détecteur de fantômes ! Si la photo est toute blanche, ce sont des vrais fantômes, mais s'il apparaissent sur la photo, ouf, ce ne sont que des enfants. C'est ainsi qu'ils ont tous attendu, avec une grand suspens de voir si oui ou non ils allaient apparaitre sur leur photo.

J'ai adoré mener ces ateliers dans le cadre des portes du temps ; transmettre des petits choses en photos ; des astuces en bricolage et en dessin ; et partager ces chouettes instants avec des enfants tous très vifs, motivés et intéressés. (Et même les faux non-intéressés, finissaient par l'être, comme toujours.)

 

Plus d'information sur les portes du temps ICI

 

 

    

Please reload

5 Feb 2017

1 May 2015

Please reload